Question d'urgences .... et de temps

De multiples faits et signes alertent depuis longtemps notre vigilance de citoyen comme notre attention de consultant à l'écoute des évolutions d'un quotidien qui ne respire pas vraiment la Qualité.
Ils révèlent de plus en plus des « richesses pauvres » et des dangers latents secrétés au sein d'une « modernité » hyper-médiatisée qui a tendance à évacuer systématiquement le sens de ce qui la gêne en des attitudes de facilité ou d'abandon à peine perceptibles...

De plus en plus réduit à des constats d'insatisfaction ou à l'interprétation d'une qualité des choses dont il n'a pas vraiment besoin pour vivre, le citoyen lambda, relais quotidien et consommateur parfois juge de cette Qualité, est aux prises avec la peur croissante de se faire avoir ; il voit ses repères s'estomper ainsi que ce « bon sens » mis à mal « près de chez lui » comme au bout de cette toile numérisée qui tisse ses paradoxes jusqu'au bout de la planète.
« Que voulez vous, mon brave, la Qualité n'est plus ce qu'elle était... »

Un constat d'impuissance

Autre vie, autres mœurs, où des attitudes réflexes se sont comme substituées aux qualités propres à toute démarche de réflexion.
Toute entreprise structurée ou projet à long terme doit ainsi composer, car baignant dedans, avec un contexte socio culturel devenu de plus en plus anxiogène, véhiculant les réflexes ambiants propres aux logiques cannibales du « oui ou non », du « y' a qu'à faut qu'on », du « c'est à prendre ou à laisser », du « j'ai pas le temps », du « te prends pas la tête avec çà » , du « faut pas rêver » ou du « c'est impossible » qui finissent par appauvrir non seulement le sens (c'est-à-dire à la fois sa signification et son orientation) de son activité, mais également la motivation et pertinence guidant ses choix .

La remise en question quotidienne de la Qualité pourrait alors se lire en

un tableau kaléidoscopique inquiétant de notre modernité

filmée en noir et blanc par quelque cinéaste pessimiste... :
rythmes effrénés de productions aussi inégalées qu'inégalitaires, produits clés en main, à acheter puis à jeter (dépenser est plus facile que penser), copiés-collés d'échanges numérisés de clones de plus en plus blasés et revenus de tout sans avoir eu le temps d'y aller, solutions gadgets à courte vue, cortèges de décisions vouées aux modes et au quantitatif, tyrannie des chiffres réduisant la Qualité à des statistiques, prise en compte de l'éthique mais d'abord sur l'étiquette, saupoudrage de valeurs de procuration passant par le spectacle, gaspillages de temps passés à se justifier de se tromper selon les règles, ratages d'opportunités par peur de l'inconnu, réactions impatientes à la place de créations plus laborieuses, pot de terre de trop rares bonnes idées cachant la forêt des lobbies bien établis, certitudes un peu justes empruntant les autoroutes de la pensée, art de la formule clip récupératrice, emprise de la jacte à la place de l'acte, toute cette production, ce maelstrom de faits et gestes nous renvoient les images sans complaisance, mais souvent utiles d'un quotidien grignoteur ou réducteur de qualités.
Voilà qui nous conditionne à nous A.DAP.TER et à finir par aimer ce qui devient peut être surhumain d'abolir....

Peu ou prou, en filigrane d'une Qualité qui n'a jamais été aussi remise en question individuellement mais socialement renvoyée aux lois du marché, nous voilà conduits à l'organisation de nos petites stratégies quotidiennes, à l'émollience et à la coconnerie d'habitudes protectrices, à des remèdes anti fatigue de citoyens déjà vieux à force de déserter leur idéal, à ces petits contentements de l'heure, à ces fuites pascaliennes dans des divertissements de compensation sophistiqués et finalement à cette pathologie néo- moderniste qu'est la tendance à la facilité  : mini qualité de l'anti Qualité.

Tendance à la facilité

En entreprises, en collectivités ou au devant de tout projet citoyen, les habitués à la facilité que nous devenons, risquent ainsi de passer pour les profanateurs de ce temps pourtant si riche et précieux et de ce terrain de jeu plus sérieux qu'il n'y paraît, que nous prêtent finalement nos enfants.

« Ce n'est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est le chemin » après Kierkegaard, Simone WEIL ne pensait pas si bien dire à montrer la voie moins empruntée et beaucoup moins aisée aujourd'hui d'une démarche Qualité soucieuse de reconquérir quelque plus noble sommet et qui gagnerait, sans trop de peine ni de risques, à être « tirée par le haut ».
« Là où est le défi et le danger, voilà ce qui sauve », nous partageons volontiers à QUALITEM l'aphorisme tonique et guerrier de ce poète des fjords ...
Dit autrement, nous pensons bien sûr qu'on n'a rien sans rien, et que toute démarche valant le détour pour créer une différence salutaire, dépend toujours quelque part d'un dépassement, et même d'une profonde voire d'une future transformation ...

Réfléchir aux sens des valeurs que nous renvoie par ricochets et en images l'agitation vite régressive de ce quotidien multimédiatisé si récupérateur, pose la « vraie question » de savoir quelles « dimensions Qualité » proposer pour redonner du sens au travail.

Quelles valeurs croire .. ?

Débat aussi têtu que crucial de Société.
Quelles valeurs croire, quelles valeurs déceler, imaginer, mettre en jeu pour redonner du sens à des démarches de projet ou d'entreprise de plus en plus banales, freinées ou déboussolées ? Comment les vivre ? Et comment les faire passer pour les faire vivre ?
Se démarquer pour se sentir mieux dans ses baskets et avancer plus dignement, devient un défi à la fois personnel et collectif. Il implique inévitablement les acteurs exigeants d'un projet ou d'une entreprise qui a envie sincèrement d'évoluer de l'intérieur comme vue de l'extérieur.. Notre propos ici sur la toile ne peut pas évoquer sans complaisance promotionnelle ce qui fait problème, freine la Qualité et l'amplifie. Il s'agit pour nous :
-  d'en éclairer la vie, sous une autre face,
-  d'en réhabiliter les valeurs en friche,
-  d'en responsabiliser et d'en oxygéner le sens.

Voilà qui donne le sens, même citoyen, de la vocation de QUALITEM.